Buscar
  • Olivier Chassot

Apprendre les langues: pourquoi et comment devenir polyglotte?

Alors que les gens réfléchissent à de bonnes résolutions pour la nouvelle année, comme passer plus de temps avec leurs bien-aimés, arrêter de fumer ou retourner au gymnase pour perdre ces kilos en trop (je suppose que ce devraient être des habitudes plus que de bonnes résolutions), j'ai décidé de me mettre au défi en apprenant une nouvelle langue. Je parle déjà couramment le français, l'espagnol, l'anglais et le portugais, ainsi qu'un peu d'allemand, et j'ai un bon niveau de base en indonésien qui me permet de m'exprimer dans la plupart des situations. Mon rayonnement professionnel est mondial et, théoriquement, j'ai déjà la capacité de communiquer avec environ 2 381 millions de personnes dans le monde (français: 229 millions; espagnol: 527 millions; anglais: 983 millions; portugais: 229 millions; allemand: 132 millions; indonésien / malais: 281 millions). Bien sûr, beaucoup de ces locuteurs natifs maîtrisent déjà deux ou plusieurs de ces langues, mais vous avez l'idée: je vise à pouvoir parler avec autant d'êtres humains que possible. Cela laisse de côté 1 100 millions de personnes qui parlent le mandarin (près de 1 personne sur 5 dans le monde, même si le mandarin est une langue officielle dans seulement quelques pays: la Chine évidemment, Hong Kong, Macao, Taïwan et Singapour). C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai décidé de commencer à apprendre le mandarin. Ainsi, chaque samedi, j'assiste à des cours de mandarin à l'Institut Kung Tse Confucius de San Pedro, au Costa Rica, où mes compagnons et moi luttons avec bonheur avec des tons presque indiscernables et des caractères chinois traditionnels complexes et magnifiques sous le regard patient de notre professeur natif. Ce que j'aime le plus, c'est la calligraphie; passer des heures dans cette activité est apaisant et je trouve que cela m'aide à me détendre, tout comme lorsque je cuisine des plats exotiques (chinois?) pour ma famille.



Mais vraiment, pourquoi apprendre autant de langues? Vous penseriez probablement que l'anglais, comme notre lingua franca, est suffisant pour le commerce international, l'éducation, la science, la technologie et la diplomatie. Eh bien, il y a une raison principale qui me pousse à continuer d'apprendre de nouvelles langues: la sensibilité et la sensibilisation culturelles. Je crois qu'une sensibilité culturelle est primordiale pour l'interaction avec les gens de différents pays et de différents horizons. À cet égard, les langues m'ont aidé à développer une forte compétence culturelle, un processus qui me permet de répondre avec respect et efficacité aux personnes de cultures, langues, classes, origines ethniques, religions et autres facteurs de diversité différents d'une manière qui me permet de reconnaitre, valoriser et chérir la diversité culturelle. Parce que je peux parler quelques langues, j'ai développé une conscience culturelle, y compris la conscience de soi de ma propre culture; et j'ai développé des compétences interculturelles. Cela me permet de me sentir à l'aise presque partout et dans n'importe quel contexte culturel. L’année dernière seulement, j’ai voyagé dans 24 pays différents, et je ne le ferais jamais sans faire des recherches sur l’histoire et la culture d’un pays et sans apprendre au moins quelques mots utiles pour rendre hommage à mes hôtes. Quand je le peux, je lis des livres, principalement de la littérature emblématique d'un pays (soit avant une visite pour me familiariser avec la culture du pays, soit par la suite pour renforcer les connaissances culturelles et profiter davantage de la mémoire d'un voyage passé). La littérature est une grande fenêtre sur la culture d'un pays. Et, honnêtement, quelle meilleure façon de commencer à comprendre un pays ou une culture en apprenant sa langue? Une langue contient de nombreux indices sur une culture spécifique. Lorsque j'étudiais la linguistique française à l'Université de Lausanne, nous réfléchissions sur la façon dont la langue nous permet d'exprimer nos pensées et nos sentiments, de communiquer et de partager des connaissances, et sur le fait que la culture et la langue sont intimement liées.


Vous ne pouvez tout simplement pas comprendre une culture jusqu'à ce que vous vous soyez plongé dans l'étude d'une langue, et de même, vous ne maîtriserez probablement pas complètement une langue à moins de comprendre ses principaux traits culturels sous-jacents.

Je pense que nous tenons parfois pour acquis que les gens de partout ont la capacité de communiquer en anglais, mais c'est loin d'être vrai. Au Yunnan, en Chine, l'année dernière, presque personne ne parlait anglais, et notre application Google Translate s'est révélée à peu près inutile. Celle-ci, ainsi que d'autres applications de traduction en temps réel peuvent être utiles dans certains cas, mais à mon avis, elles constituent plus un obstacle qu'un pont, et je préférerais utiliser le langage des signes plutôt que de recourir à la technologie: c'est plus humain, et plus amusant aussi!


La sensibilisation à ma propre culture et à celle des autres est un énorme moteur personnel pour apprendre différentes langues, parce que j'aime vraiment les gens et je crois que lorsque je visite un autre pays, faire l'effort de parler la langue d’autrui est un signe de respect et d'appréciation. Mais bien sûr, s'engager dans l'effort d'apprentissage des langues offre également un avantage concurrentiel dans les choix de carrière, vous permet de vous connecter avec plus de personnes d'horizons différents, nourrit votre cerveau comme rien d'autre de si puissant, et renforce également votre confiance.


En tant que citoyen suisse, j'ai grandi dans la partie francophone de la Suisse (ah, cet extraordinaire Lavaux Patrimoine Mondia!), et le français est ma langue maternelle, mais mes parents ne m'ont enseigné ni à mon frère aucune autre langue, bien que ma mère était bilingue et parlait parfaitement le suisse-allemand (un dialecte et une langue distincte de l'allemand). Bien sûr, enfant, la première langue étrangère que nous avons apprise à l'école était l'allemand obligatoire. Pour une raison mystérieuse, apprendre l'allemand était un processus plutôt tortueux, et je ne comprends toujours pas pourquoi c'était le cas; mais j'ai passé un total de 9 ans pendant environ 1 000 heures en classe de la 4e année (école élémentaire) jusqu'à la fin du gymnase (ou lycée pour mes amis français). Quand je pense que cela m'a pris seulement 216 heures de classe (plus de 18 mois) pour apprendre le portugais, je suis toujours perplexe quant à pourquoi je ne pourrais jamais vraiment maîtriser l'allemand. Ou bien je me trompe et cela fait déjà si longtemps que je ne me souviens pas clairement que je l'ai maîtrisé. Nous avions lu Günter Grass, Thomas Mann, Herman Hesse, Heinrich Böll, Bertolt Brecht et Franz Kafka en classe, mais je les ai toujours sentis difficiles. Et c'est justement l’argument: après avoir appris l'allemand pendant 9 ans, je n'ai plus eu l'occasion de le pratiquer depuis que j'ai quitté le gymnase, même si je sens que mon allemand revient étonnamment rapidement lorsque je voyage en Allemagne, en Autriche ou dans les régions germanophones de la Suisse. Après tout, heureusement, tout est peut-être encore stocké dans certaines parties cachées de mon cerveau!


Au gymnase (à 13 ans), j'ai choisi le latin et l'anglais. Le latin était très intéressant à bien des égards, mais bien sûr, c'est une langue "morte", et probablement pas votre première ressource lorsque vous voyagez dans le monde (sauf pour les sites romains du bassin méditerranéen peut-être!). J'ai donc passé 6 ans à apprendre l'anglais avec environ 750 heures de classe. L'anglais était beaucoup plus facile pour moi que l'allemand, et nous lisions des écrivains classiques anglais tels que Jane Austen, Edgar Allan Poe, V.S. Naipaul, George Orwell et Shakespeare, bien sûr. Je me suis éclaté avec tous! À l'Université de Lausanne, j'ai obtenu mon diplôme en histoire, histoire ancienne (histoire ancienne grecque et romaine: je ne me souviens pas si le latin était obligatoire comme connaissance préalable, mais il s'est certainement avéré très utile) et en langue et littérature françaises. Mais plus d'étude des langues étrangères malheureusement. D'un autre côté, c'est aussi le moment où j'ai commencé à voyager dans différents pays, principalement l'Europe, mais aussi l'Afrique du Nord, les Etats-Unis d’Amérique et l'Asie; et à cet égard, l'anglais était toujours aussi nécessaire qu'utile. J'ai passé un an à Paris à La Sorbonne et j'ai résidé à la Cité Universitaire dans la Maison Française où la moitié des résidents provenaient d'au moins 20 pays différents; beaucoup de mes nouveaux amis ne parlaient pas nécessairement le français, et l'anglais était notre moyen de communication principal. En préparant un voyage en Indonésie à cette époque, j'ai étudié sa langue dans un livre pendant six mois (pas encore d'Internet puissant en 1992, et pas de locuteur natif avec lequel interagir). Visiter Sumatra, Java et Bali pendant quelques mois a été une révélation, car parler indonésien m’a ouvert de nombreuses portes et a permis une toute autre relation avec les gens (dans certains endroits reculés de Sumatra, l'anglais n'était pas très parlé). L'Indonésie m'a fait prendre conscience de la valeur de l'apprentissage et de la pratique des langues dans un contexte culturel.


Après avoir été diplômé de l'Université de Lausanne, je me suis rendu au Costa Rica pour apprendre l'espagnol. Je me souviens avoir suivi un cours intensif d'espagnol de quatre jours à San José, et c'était suffisant pour me débrouiller tout en voyageant en Amérique centrale. Comme je n'avais pas d'argent pour fréquenter une école de langues, je me suis porté volontaire dans le Parc National de Las Baulas où j'ai finalement rencontré Guisselle, ma femme et l'amour de ma vie, qui a fait un excellent travail pour m'enseigner l'espagnol. Le plus drôle, c'est que je n'ai jamais pris de cours d'espagnol formels, mais maintenant, après avoir vécu plus de deux décennies au Costa Rica, l'espagnol est devenu ma deuxième langue et je me sens vraiment bilingue. Je pense et rêve en espagnol, et je jure et compte mentalement en espagnol ou en français, selon les situations spécifiques, mais j'ai aussi l'impression d'avoir perdu un peu de confiance en français. Comme à peu près toute ma vie professionnelle s'est déroulée au Costa Rica, je manque parfois de vocabulaire technique en français. Mon travail, au cours des deux dernières décennies, a été autant en espagnol qu'en anglais, et je me sens en confiance dans ces deux langues, même si mon accent me trahit toujours. Bien que n'étant pas de langue maternelle espagnole, je fonctionne couramment comme philologue lorsque je lis et révise les articles et les thèses de mes étudiants. Quelque chose que j'apprécie beaucoup en espagnol est la capacité de reconnaître les différents accents et façons de parler de la plupart des pays d'Amérique latine. D'un autre côté, je n'utilise pas beaucoup d'argot costaricien moi-même, car cela me semble encore un peu contre nature, ou inadéquat d'une certaine manière, bien que j’apprécie l'entendre.


L’année dernière, j’ai étudié le portugais officiellement au Centro de Estudios Brasileños du Costa Rica, dans ma ville de Santa Ana. Parler espagnol et français, plus avoir une formation en latin était très utile et a facilité le processus d'apprentissage. Le portugais est une langue que j'apprécie beaucoup, mais le danger, encore une fois, tombe lorsque l’on cesse de le pratiquer régulièrement.


Au cours des deux dernières années, j'ai eu l'occasion de voyager plus fréquemment en Malaisie et en Indonésie, et j'ai décidé de dépoussiérer mon indonésien. Je suis revenu à mon livre français sur la langue indonésienne d'il y a près de 30 ans, puis j'ai commencé avec un livre audio indonésien complet pour les anglophones. Fondamentalement, j'apprends l'indonésien à partir du français et de l'anglais; c'est sans doute un peu étrange parfois. Mais l'indonésien est une langue merveilleuse et je la trouve extrêmement enrichissante. Elle est relativement facile au début (grammaire simple et logique avec presque aucune exception - contrairement au français), mais plus vous l'étudiez, plus elle devient subtile. J'adore l'indonésien et je me concentre sur l'apprentissage tout en allant courir presque tous les jours, avec de longues séances de course (de 2 à 4 heures) le week-end. Se concentrer sur l'apprentissage d'une langue pendant la course rend la souffrance des longues courses plus tolérable, et l'état d'esprit que j'atteins après quelques kilomètres renforce ma capacité à me concentrer sur les bandes audio; donc, courir et apprendre une langue en même temps est un système assez efficace dans mon cas, mais ce n'est peut-être pas pour tout le monde, car certaines personnes ont besoin de plus de tranquillité et probablement d’un environnement sans distraction (courir sur le réseau routier du Costa Rica est une affaire risquée!).


Maintenant que je parviens à parler six langues et que j'apprends le mandarin, je viens de décider et j'ai commencé à apprendre l'arabe standard avec un professeur égyptien (cours particuliers). L'arabe est la langue officielle ou co-officielle dans 25 pays. Je l'apprécie beaucoup, et si je veux continuer à travailler au niveau mondial dans la conservation, être compétent en arabe est, je le crois fermement, une obligation. On pourrait penser qu'apprendre le mandarin et l'arabe en même temps se révélerait être un défi difficile, mais je crois que ce n l'est pas beaucoup plus que lorsque j'étais enfant et apprenais l'allemand et l'anglais simultanément. Et j'ai encore de la place dans ma tête pour apprendre plus de langues dans un avenir proche: japonais, coréen, hindi et russe, par exemple, ou bien, qui sait où la vie m'emmènera dans les prochaines années?

Il n'y a pas de recette secrète pour devenir polyglotte. Il faut nécessairement de la motivation et de l'autodiscipline. Mais si, comme moi, vous aimez les langues et êtes curieux des autres cultures; si vous aimez voyager et découvrir ce monde magnifique et ses habitants, n'hésitez pas, suivez vos rêves et vos aspirations, et faites le pas: commencez dès aujourd'hui à apprendre une nouvelle langue!


13 vistas0 comentarios

Entradas Recientes

Ver todo